Dans le cadre du groupe énergie biomasse du Réseau Rural Français, les membres du RMT Biomasse & territoires et le CNPF ont conduit une action collaborative sur 2012 pour :

L’élaboration d’une aide méthodologique pour l’approvisionnement de biomasse en circuit court

Cette action précise les moments charnières rencontrés par les petites communes et les porteurs de projet en milieu rural. Elle capitalise les expériences positives  sur le plan économique et territorial de mise en place de circuits courts d’approvisionnement de projets biomasse bois, agricole et déchets. Enfin, elle propose des fiches thématiques pour aborder certaines étapes clés comme la contractualisation, le marché public, les investissements en commun valorisable sur site web…

Ont participé à la réalisation de l’action : le Centre National de la Propriété Forestière (CNPF), la Chambre Régionale d’Agriculture de Bourgogne, la Fédération Nationale des Communes forestières (FNCOFOR), le Comité de liaison aux énergies renouvelables, le Cabinet Forêt Énergies Ressources (FER), l’Union de la coopération forestière Française (UCFF), Coop de France, l’Assemblées permanentes des chambres d’agricultures (APCA), la Chambre Régionale d’Agriculture de Picardie (CRAP), le Groupe Monde Rural (GMR). Seront associés au suivi de l’action : les CRPF, l’ADEME et des pôles d’excellence ruraux.

Retrouvez ci-dessous le retour d’expériences et les fiches méthodes pour la co-construction de projet locaux :

Comment co-construire un projet local durable ? La construction d’un projet de territoire nécessite de communiquer avec les acteurs locaux en amont afin d’assurer l’acceptation du projet par tous. Le soutien des élus locaux et décideurs publics dans un projet chiffré et bien ciblé sur les enjeux du territoire assurera la crédibilité du projet.

  • Comment les impliquer ?
  • Comment les accompagner ?
  • Comment les concerter ?

« Valoriser la biomasse végétale que je produis dans le domaine des matériaux »

offre de formation
Fibre Recherche et Développement lance une offre de formation afin de permettre à des agriculteurs et viticulteurs, seuls ou en groupes organisés de manière autonome ou via leur coopérative / chambre d’Agriculture / cluster… de mieux appréhender les marchés des matériaux, initiée en partenariat avec le Centre de formation de la Chambre d’Agriculture de l’Aube.

Cette offre de formation s’adresse aux prescripteurs et agriculteurs de toute région.

La formation répond à 4 objectifs :

Acquérir des connaissances sur les marchés des matériaux dans le domaine des bétons, des isolants, des panneaux de particules, de la plasturgie, des composites pour les marchés du Bâtiment et des Transports.

  • Connaître le potentiel d’utilisation des biomasses agricoles, viticoles et agroalimentaires sur ces marchés : cultures dédiées (lin, chanvre, miscanthus, switchgrass…), résidus de cultures (pailles de céréales, pailles d’oléagineux, cannes de maïs et de tournesol…), ceps, sarments de vignes, rafles…
  • Appréhender les conditions d’accès à ces marchés.
  • Evaluer sa capacité à entrer sur ces marchés.
  • Télécharger le flyer pour en savoir plus.

Contact : Pierre Rivard, FRD 09.53.01.37.32 – pierre.rivard@f-r-d.fr

Formation recommandée par le RMT Biomasse & territoires : www.rmtbiomasse.org

Télécharger le dépliant

Benchmark des stratégies européennes des filières de production et de valorisation de biogaz

Structures d’animation bois-énergie : Un outil efficace à renforcer

Comment les impliquer ?
Si certains projets sont amenés par nature à être portés par la collectivité (réseaux de chaleur communaux par exemple), la plupart constitue néanmoins des projets économiques d’initiative privée (unités de production d’huile carburant, de combustible bois-énergie, de vapeur par une centrale biomasse, de biogaz par méthanisation…) pour lesquels un soutien de la collectivité ou d’autres acteurs locaux et experts s’avère utile si ce n’est nécessaire.

De nombreuses formes d’implication se présentent : coopératives agricoles, sociétés d’économie mixte (public-privé), société publique locale ou régie, investissement citoyen…

Comment les accompagner ?
La diversification de l’économie locale vers les énergies renouvelables, dont la biomasse peut représenter une part majoritaire, offre des perspectives en terme de création d’activité, au-delà de celle générée directement par les projets de mobilisation et de valorisation de la biomasse. Le développement de compétences et la constitution d’une expertise représentent à la fois un pré-requis et une conséquence positive de la mise en œuvre de projets structurants à l’échelle d’un territoire.

Une structure spécialisée (type société d’économie mixte ou d’un syndicat mixte) peut devenir la cheville ouvrière capable à la fois de monter les projets, d’investir, d’exploiter les équipements, de participer aux projets privés… Ce contexte favorable peut offrir un cadre attractif pour des entreprises spécialisées dans le domaine de l’énergie et évoluer vers la constitution d’un réel « pôle de compétences ».

Comment les concerter ?
L’évolution des usages traditionnels de la biomasse, dans la perspective d’une utilisation croissante des ressources à des fins de production d’énergie, bouscule un équilibre établi (parfois aussi remis en cause par d’autres contraintes, telle l’urbanisation). Une concertation approfondie avec les acteurs locaux permet d’analyser les atouts et faiblesses, les opportunités et menaces de cette évolution, de rapprocher certains acteurs et de comprendre les complémentarités et concurrences entre usages et filières.

En matière de bois-énergie, les objectifs du Grenelle Environnement sont ambitieux: la consommation nationale devrait passer de 9 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) par an en 2009 à 13 millions à l’horizon 2020. C’est un élément clé de la politique énergétique nationale, fortement lié à l’aménagement et à la gestion des territoires.
Concilier les exigences de chacun et répondre aux attentes des élus et des professionnels passe nécessairement par une structuration de l’offre notamment pour le combustible bois >>>> Docs du CIBE, article CLER Infos n°85 de Stéphane Cousin (Biomasse Normandie)

Cohabitation de projets divers de production d’énergie à partir de biomasse à l’échelle d’un territoire
Cette action, conduite en 2010 par COOP de France dans le cadre du Réseau rural français, a apporté les premiers enseignements pour optimiser la cohabitation, sur les territoires, des productions d’énergie à partir de biomasse.

Pour cela, l’action a identifié les modalités de cohabitation entre des projets de tailles variées sur un même territoire pour capitaliser sur les exemples de structuration ayant facilité cette cohabitation (recueil des expériences de territoires, note de synthèse) et identifier les leviers de progrès.

Plaquette Etude Biomasse Réseau Rural Coop de France